Conseil Municipal 7 juillet 2014 : Réforme des rythmes scolaires

Ce soir des Parents sont venus exprimer leur colère lors du conseil municipal à propos de l’application de la réforme des Rythmes scolaires.

Sur ce sujet, je pense qu’il faut éviter la langue de bois, donc à ceux qui disent que cette réforme est pour l’enfant d’abord pas pour le confort des adultes,  je réponds que le bien être des enfants est lié au bien être des adultes qui les entourent. L’un ne va pas sans l’autre , ce n’est pas en opposant l’intérêt des êtres humains que l’on oeuvre pour le bien de l’humanité et de son prochain.

Vous trouverez ci dessous mon intervention, il s’agit d’une retranscription d’une intervention orale ce qui explique certaines tournures, il y a parfois des échanges entre élus pendant les interventions .

Intervention sur la réforme des rythmes scolaires :

Je voulais revenir sur le sujet avec lequel nous avons débuté la soirée, la réforme des rythmes scolaires, sujet qui est lié à cette délibération car si nous devons délibérer sur la tarification des mercredis après midi c’est bien à cause de cette réforme. Comme vous l’avez dit au début du conseil municipal je suis contre cette réforme, mais dire cela n’est pas suffisant.

Je vous ai sur ce sujet plusieurs fois incité à faire comme d’autres Maires et à rentrer en résistance .

Pourquoi suis-je contre cette réforme, ce qui ne veut pas dire contre le fait de réformer,  je l’ai déjà dit dans cette enceinte, elle territorialise l’école, elle attaque de ce fait l’unicité de la République.

D’ailleurs sur ce sujet je voulais vous signaler que sur le rythme de l’enfant à Corbeil-Essonnes des réunions et des études ont été faites  il y a déjà 25 ans et ce avec des spécialistes.

Dans le rythme de l’enfant, ce n’est pas d’habité à Brest où à Marseille qui fait la différence, donc quand on fait une réforme localement en concertation; on territorialise.  Par contre, entre en ligne de compte, l’âge de l’enfant, personne n’en tient compte mais à  4 et à 10 ans on n’a pas le même rythme. La vie de l’enfant est un autre facteur, si on a des parents qui travaillent le jour ou la nuit on n’a pas le même rythme

. Le rythme de l’enfant et sa chronobiologie tiennent donc à beaucoup de choses à la fois, et là, on n’en tient pas compte.

 Maintenant pourquoi l’égalité est selon moi remise en compte par cette réforme.  Et bien, quand on habite les hauts de Seine et qu’on a de l’argent, on fait déjà des activités à l’extérieur, on va encore plus être favorisé parce que l’on aura les moyens de payer des impôts  et donc d’avoir des communes qui auront de l’argent pour faire des activités , cela ne sera pas le cas des communes pauvres , on va donc défavoriser les enfants des territoires pauvres qui n’ont pas d’argent.

Et en plus de cela, à force de dire qu’on n’a pas d’argent pour faire des activités, on va ouvrir la porte à autre chose et endoctriner les enfants très jeunes en faisant sponsoriser les activités, en  faisant de ce fait entrer des multinationales dans les écoles, voila un autre  danger pour l’école de la République avec cette réforme.

Maintenant Monsieur le Maire, quand on gère on fait des choix. Vous avez choisi les caméras de vidéo surveillance par exemple. Vous avez fait le choix de mettre de l’argent dans ce domaine et pas pour  les enfants. Vous auriez pu concerter la population pour savoir où elle préférait mettre l’argent, un référendum par exemple, vous pouviez essayer de voir si l’argent vous pouviez le déplacer d’ailleurs.

Par contre je rejoindrai Martine Bouin sur le personnel des centres de loisirs, qui ne sont pas des garderies,  quand on exerce ce métier, ou qu’on l’a exercé on n’apprécie pas d’entendre cela et on se sent un peu mépriser. C’est très bien qu’elle l’ait signalée.

 Par ailleurs quand après on réclame du personnel formé, j’ai juste envie de dire qu’en retirant le mercredi matin au centre de loisirs, on enlève une grande part de l’attrait de cette profession et à partir de ce moment,  avoir du personnel formé et motivé ne va pas être facile. Imaginer un animateur de maternel mercredi après midi, on lui retire le matin où l’on peut mener les projets les plus intéressants, on retire je le répète beaucoup d’attrait à cette profession. Donc les enfants vont perdre sur plusieurs points avec cette réforme.

belinda Infray

Bonsoir Pascale,
Comme d’habitude ton intervention était pertinente et je te rejoins sur un point : la territorialisation est une catastrophe : il contrdit le princité de l’équité des territoires.
Cependant, aujourd’hui tu le dis aussi l’équipe municipale a fait des choix : l’éducation n’est pas une priorité. Il applique de façon inadmissible une réforme au rabais.

quant au bien être des enfants seuls les biens pensants peuvent ainsi dire que le bien être des enfants réponds à des phénomènes chronobiologiques et que le confort des parents (ou leur inconfort) n’a pas d’incidence sur leur bien être !!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.