14 juillet 2024

cantonale à Brignoles : 20728 inscrits, 6913 votants, cherchons l’erreur

Participation : 33,35%. C’est le triste chiffre qui est apparu hier soir pour l’annonce des résultats de la cantonale partielle de Brignoles (Var).

En regardant de plus près les chiffres de ce 1er tour, qui a vu l’élimination des candidats de Gauche, plusieurs constatations me sautent aux yeux.

Tout d’abord, les électeurs du front national, qui a fait une campagne basée sur des thèmes nationaux, se sont déplacés. Le score du FN est en nombre de voix pratiquement identique à celui  de 2011 et 2012 (respectivement 2718, 2757, 2734 voix), mais profitant de l’abstention, ce résultat donne l’impression d’une progression passant de 32,97 % en 2011 à 40,40% .

Pour les autres candidats la perte de voix est impressionnante. L’UMP semble résister un peux mieux que les candidats PCF et EELV . Je dirais donc, que les citoyens plutôt proche de la gauche ne se sont pas déplacés.

Face à ces scores certains responsables socialistes pointent tout de suite la division. Là ils me feraient presque rire, si le sujet n’était pas si grave. Les deux candidats, PCF (soutenu officiellement par le PS national) et EELV ( soutenu par le PS local)  font ensemble moins de 25%  et n’auraient, s’ils avaient été unis, plus aucune réserve pour le second tour. Une grosse défaite assurée de toute façon. Alors, plutôt que des regrets sur cette union, cherchons les raisons de ces scores.

Ce qui me choque aussi dans ces réactions, c’est qu’à nouveau elles semblent ignorer le message que les abstentionnistes expriment. Le choix, car il s’agit bien aujourd’hui pour de nombreux citoyens d’un choix, de ne pas prendre part à ce scrutin n’est pas anodin.

Je ne ferais pas une généralité sur ce qu’ils pensent et ressentent, mais quand même, croyez-vous que s’unir pour s’unir sans aucune vue commune donne envie aux citoyens, en temps de crise, d’aller voter.

J’ai envie aujourd’hui de citer ce que Marie-George Buffet a dit hier soir, car en quelques phrases, elle résume ce que beaucoup ressentent en ce moment. Voici donc ce qu’elle a publiée sur sa page Facebook:

« On votait à Brignoles aujourd’hui, une nouvelle élection cantonale après une énième invalidation, les résultats provisoires à cette heure, font froid dans le dos, 40% pour le FN, la gauche est sortie du second tour. Voilà. Voilà le résultat de dix ans de droite chassant sur les terres de l’extrême droite, et d’une gauche au pouvoir qui suit, à peu de choses près, les mêmes sillons que la droite aux plans économique et social. Voilà aussi l’urgence d’une alternative claire à gauche, face au danger, l’heure est moins à l’appel au front républicain sans contenu, qu’à une mobilisation sans précédent sur les contenus d’une politique de gauche redonnant sens et efficacité à la politique dans la vie quotidienne de nos compatriotes. Voilà, pour moi, c’était cela la raison d’être du Front de gauche, qu’est il devenu? »

Si nous continuons comme les autruches de nous mettre la tête dans le sable pour ne pas voir la réalité des votes et surtout des abstentions en face, les résultats d’hier vont se reproduire dans de nombreux endroits et ce ne sont pas des unions de circonstances où l’on brade ses idéaux pour d’hypothétiques victoires, ou quelques sièges de gagner qui ramèneront les citoyens vers les urnes.

Alors il faut créer une véritable alternative, proposer un programme qui refuse l’austérité, défendre des valeurs, des idéaux, et  laisser les gens choisir la politique qu’ils souhaitent voir mener. Les priver de choix ne rend pas service à la démocratie, et ne mobilise pas les gens.

Alors laissons le peuple trancher, laissons le choisir la direction qu’il souhaite prendre. Quant à ce qui divise la gauche aujourd’hui, c’est la politique d’austérité que mène le gouvernement qui n’est pas à mes yeux une politique de gauche. Ne mentons pas aux citoyens, ne nous mentons pas à nous même. Redonnons de l’espoir aux gens, ne nous résignons pas. Proposons une politique radicalement différente, osons un vrai changement.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.