Schéma régional de coopération intercommunale d’Ile de France

DSCF8157Ci dessous  l’avis que j’ai  exprimé hier soir en conseil municipal sur le Schéma régional de coopération intercommunale d’Ile de France

Je me prononce contre ce schéma et ce pour plusieurs raisons.
Je n’arrive pas, même en écoutant les argumentations favorables à ce projet, à y trouver de points positifs.
En effet, où est la démocratie quand la souveraineté populaire est détruite par une décision qui est prise sans le peuple.
La population commence tout juste à voir l’intercommunalité existante et déjà la règle est modifiée. Comme pour l’Europe, le peuple ne s’appropriera pas ces nouvelles agglomérations trop éloignées de lui, et décidées sans les citoyens. Dès lors ces collectivités ne seront pas au service de ceux qui ne les ont pas désirées et seront un échec et très certainement rejetées.
Ce schéma nous parle de coopération, mais d’autres modes de coopérations sont possibles à des échelles plus humaines, sans avoir besoin de monstres de plus de 500 milles habitants qui éloignent les lieux de pouvoir des lieux de vie des citoyens. Alors que « plus le pays est pris en charge par ces citoyens plus c’est bon pour la démocratie »
Les projets qui semblent possibles avec ces agglomérations pourraient être faits par les départements, la seule répartition des compétences et des moyens permettrait de faire les mêmes choses pour les territoires.
Question coopération, d’autres modes ont prouvé leur efficacité, la coopération volontaire autour d’un projet de plusieurs villes ne se trouvant pas dans les mêmes agglomérations marche aujourd’hui très bien, pourquoi remettre cela en cause.
Ce schéma porte en lui la compétitivité, entre les territoires, et entre les hommes. Mettre les territoires en concurrence c’est les mettre en quelque sorte en « guerre » les uns contre les autres. On ne dynamise pas un pays dans ces conditions.
On nous argumente que cela amènera de l’emploi, mais de l’emploi pour qui ?
La compétitivité des territoires, où les pôles d’attractivités, créent des emplois pour « sur » diplômés par pour les habitants de villes comme la nôtre où celles qui l’entourent.
Il n’y a aucune cohérence à faire une agglomération de plus de 500 milles habitants et juste à côté une autre de 120 milles habitants, ce déséquilibre dans le projet nous montre la volonté de créer des poches de pouvoir et met déjà certaines agglomérations futures en position de faiblesse par rapport à leur voisine.
L’agglomération dans laquelle on veut « noyauter » notre commune n’a aucune cohérence, qui y ‘a-t-il de commun entre l’Arpajonnais et la partie de la Seine et Marne liés par ce projet ? Rien.
Ce schéma, comme la réforme territoriale dont il est issu, est un déni de démocratie, une atteinte à la souveraineté populaire , une allégeance de plus à l’Allemagne qui veut uniformiser le fonctionnement de l’Europe en le calquant sur le sien.
Ce n’est certainement pas un schéma fait dans l’intérêt du plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.