Le blog de Pascale Prigent

la gauche pour de bon, l’écologie pour de vrai, la république pour tous

Le blog de Pascale Prigent - la gauche pour de bon, l’écologie pour de vrai, la république pour tous

Conseil municipal : démocratie, urbanisme rien ne va plus !

Jeudi soir, le conseil municipal de Corbeil-Essonnes avait débuté par le tirage au sort des habitants dans les conseils de quartier. Là, cela paraît démocratique. Mais comment la publicité s’est elle faite ? A t’on incité les gens à participer  ? Je pense personnellement qu’il était possible de faire  mieux, car le résultat c’est que la majorité des personnes tirées au sort le montre, étaient des personnes bien engagées dans la vie politique où associative de la ville. Des personnes donc, qui suivent ce qui se passe, de près.

Après ce tirage au sort  nous relayons la demande de deux groupes de citoyens qui veulent prendre la parole. Le premier, riverain des rues Féray et Carnot vient déposer une pétition, car depuis le début des travaux dans leur secteur d’habitation il ne peuvent plus stationner sans se voir verbaliser.

Le second, les élèves du conservatoire pratiquant l’accordéon dont le cours à été supprimé et a qui l’on a conseillé de prendre contact avec une association (L’AOP). Les musiciens font remarquer qu’ils ont comme les autres le droit a  recevoir une formation musicale par le conservatoire. Les musiciens de l’AOP sont certainement bons, mais la pratique d’un instrument n’est pas la même partout. L’accordéon s’apprend aussi de manière classique, et je ne pense pas, que quelque soit les qualités de cette association, elle puisse prodiguer le même niveau d’enseignement qu’un professeur du conservatoire.

L’ordre du jour du conseil a ensuite démarré et pas sur un sujet apportant calme et sérénité. En effet, comme il l’avait annoncé le mois suivant, le Maire a décidé de modifier le règlement intérieur du conseil. Sa nouvelle idée est de ne permettre l’expression que d’un seul membre du conseil par groupe.  Cela veut dire que  dans l’opposition, il y a deux groupes, et que c’est le président du groupe qui doit selon les points, dispatcher la parole. Tout d’abord, nos deux groupes comportent plusieurs formations, et parfois nous ne votons pas tous de la même manière .

Alors, comment expliquer nos choix de vote, comment être force de proposition dans un cadre aussi fermé. De plus, cette disposition, au vu de nombreuses jurisprudences, ne semble pas légale. Le règlement sera donc attaqué en justice. Un déni de Démocratie qui n’a pour seul but que de museler l’opposition trop souvent pertinente dans ses interventions.

Le conseil a suivi son cours mai,s une chose devient très désagréable, le ton sur lequel Monsieur Bechter répond à certains de mes collègues et je ne pouvais qu’en parler. Selon Monsieur Bechter, Bruno Piriou « ne travaille pas ses dossiers, Nicole Meresse, en un seul conseil, c’est entendu dire qu’elle disait des bêtises, qu’elle faisait de l’humour à trois balles, qu’elle parlait de manière doucereuse entre autres. Monsieur Bechter, chacun d’entre nous est au conseil municipal par le choix des électeurs, électeurs qui, pour rappel, ne se sont pas beaucoup déplacés. Un peu d’humilité est de mise dans ce cas car aucun d’entre nous ne représente 30% des électeurs de cette ville. Comme je vous l’ai dit lors de ce conseil, quand vous ne respectez pas l’opposition c’est les électeurs qui l’ont désigné à qui vous manquez de respect. Nous sommes là pour faire avancer notre ville, les débats d’idées devraient être la règle et devraient permettre  une vie démocratique riche, ils ne doivent pas se transformer en bagarre à coup de petites formules.

Mais le point qui a le plus enflammé les débats, c’est l’acquisition par la ville de deux lots de terrains non bâtis, rue du Tir. Ce dossier est tellement étrange que je ne peux pas le détailler dans ce billet, mais il s’est, semble t’il, passé dans notre ville en matière d’urbanisme, des choses dont il faudra vérifier la légalité. L’article du journal le Parisien du samedi 19 novembre qui est consacré à cette affaire en prouve la complexité. Je signalerai que j’ai trouvé Madame Simonot très courageuse lors de ce conseil, dire qu’elle en avait parlé, et prendre les positions qui furent les siennes, se doit d’être félicité. Je pense que nous entendrons bientôt de nouveau parler de ce dossier et qu’il méritera un billet spécifique.

Ce conseil fut lourd, l’ambiance peu agréable, à Corbeil-Essonnes jeudi ce n’est pas la démocratie qui est sortie vainqueur.

 

 

 

 

Une réponse à “Conseil municipal : démocratie, urbanisme rien ne va plus !”

  1. anne dit :

    Ce déni de démocratie n’est pas fait seulement pour museler l’opposition, mais pour museler l’ensemble de la population. Il faut que ces petits escrocs (le terme a été utilisé au Conseil Municipal) puisse faire leurs magouilles en toute impunité, et laisser les promoteurs imposer leur loi. Pour ceux qui s’interessent à la sociologie, je recommande un petit livre:  » Des souris dans un labyrinthe », de Elizabeth Pélegrin-Genel, (Ed; La Découverte), qui montre comment les équipements publics, ronds-points, lieux publics communs, sont faits pour modeler notre comportement. Le but de l’UMP à Corbeil-Essonnes est de transformer la ville en immense cage peuplée de souris blanches. Avec toutes les grilles qu’il y a dans Corbeil-Essonnes, avec la soi-disant « résidentialisation » des quartiers, l’absence de considération pour les habitants, les caméras de vidéosurveillance, nous allons bientot ressembler à des animaux en cage. C’est en bonne voie. Merci Mr le Maire!

Laisser un commentaire